QUEL TREK CHOISIR AU NEPAL?

QUEL TREK CHOISIR AU NEPAL?

PRESENTATION DES TREKS AU NEPAL

Le Népal est le paradis de la randonnée. Le pays compte 8 des 10 plus hauts sommets au monde, une nature encore relativement peu touchée et des variations de paysages incomparables (entre 500m et 8000m sur quelques centaines de km). Par ailleurs, le pays a su développer une industrie touristique basée sur l’exploration de ses plus beaux sentiers himalayens, et peu d’endroits au monde peuvent se targuer de proposer des treks aussi plaisants (au niveau paysages, le confort des « teahouse », le mysticisme bouddhiste, la sympathie des locaux, etc.)

Amoureux de ce pays, j’ai sillonné ses sentiers pendant des mois et y ai eu le plaisir d’effectuer ses 3 treks les plus célèbres (Everest, Annapurna et Langtang) ainsi qu’un des plus éloignés et moins fréquentés (Kanchenjunga).

J’ai donc planché pour vous préparer un petit guide comparatif pour vous aider à choisir le trek le mieux adapté à vos besoins. J’ai personnellement effectué ces 4 treks mais ai étudié beaucoup d’autres treks au Népal. Je vous donne par la suite des infos sur d’autres treks basé sur mon analyse confirmée à chaque fois par les commentaires d’autres randonneurs (je n’ai repris que les treks pour lequels j’ai reçu un feedback de quelqu’un l’ayant fait).

Bonne lecture!

 

  • EVEREST BASE CAMP (EXTENSION: EVEREST 3 PASSES)

Certainement le trek le plus prestigieux avec comme récompense de superbes vues sur le sommet du monde (8.848m). C’est LE trek à choisir pour les paysages de haute montagne. Au cours de cette randonnée, vous suivrez les pas des plus grands alpinistes du monde pour rejoindre le camp de base de cette montagne mythique. Le point de vue le plus connu pour observer le toit du monde est Kalapathar (5.545m). Pour ma part, je lui ai préféré Gokyo Ri (5.483m, se trouvant dans la vallée de Gokyo) qui reste à ce jour ma plus belle vue de montagne (à tel point que j’en ai fait la panoramique mise en tête de cet article… et la page d’accueil de ce blog 🙂

Pour rejoindre cette vallée, vous devez traverser Cho-La (un col à 5.350m). Ce col fait partie de l’extension classique du Camp de Base (Everest 3 passes). Les 2 autres cols sont: Kongma-La (5.535m) qui offre de superbes vues sur le mur de Lhotse (8.511m) et Renjo-La (5.388m), offrant un point de vue similaire à Gokyo-Ri (d’après les dires, pour ma part ce fut dans une tempête de neige que je l’ai traversé!). Attention toutefois car le passage de ces cols peut être délicat surtout s’il sont enneigés!

Par ailleurs, le trek inclut une partie culturelle en passant par de jolis villages népalais, et cela si vous choisissez de faire le chemin jusque Jiri (à l’aller ou au retour). Comptez 6-7 jours supplémentaire par trajet, soit 12 donc si vous faisez l’aller et retour). Il s’agit de la partie la plus difficile du trek, car vous couperez literalement les vallées au lieu de suivre tranquilement le cours de l’eau. 90% des randonneurs démarrent depuis Lukla, accessible uniquement par avion.

 

Points forts du trek:

– Paysages de montagne (l’une des meilleures vues au monde depuis GokyoRi)

– Se trouver nez à nez avec 4 des 10 plus hautes montagnes au monde (Everest,       Lhotse, Makalu, Cho-Oyu)

– Partie culturelle (entre Lukla et Jiri)

 

Points faibles du trek:

– Fort fréquenté (25.000 randonneurs par an)

– Assez coûteux (vol vers Lukla à 150$ par segment et teahouse de haute altitude)

– Accès peu aisé (10 heures de bus d’enfer jusque Jiri puis 6 jours mininimum jusque Lukla OU vol depuis Kathmandu)

– Altitude (séjour haut dessus de 5.000m à Gorakshep)

 

Données pratiques:

Élévation max.: 5,545m (Kala Patthar)

Jours: Min. 12 (comptez environ 7 jours en plus si vous souhaitez faire les 3 cols et 7 jours pour redescendre ou monter depuis Jiri)

Difficulté: Moyenne (difficile pour la partie Jiri-Lukla et les 3 cols)

Accès : Le trek n’est pas isolé au nombre de randonneurs mais aucun accès terrestre à moins de 7 jours de Lulka

Coût: Moyen – comptez min. 20 à 30$ par jour (en solo)

Meilleure saison: Mars à mai et octobre à novembre (évitez les mois d’hiver pour Les 3 cols).

Zone à accès restreint (permis spécial): Non

Permis requis: TIMS (20$ en solo et 10$ par agence) et parc de Sagarmatha (35$)

L’incroyable vue de l’Everest (et de Lhotse) depuis Gokyo Ri (5.483m)

 

  • ANNAPURNA BASE CAMP (EXTENSIONS: LAC DE TILICHO, POONHILL et ANNAPURNA SANCTUARY)

Le trek le plus connu du Népal. Dans sa version classique, un circuit de 14 jours autour de la Cordillère des Annapurna. Cette randonnée est la plus variée du Népal avec un fort contraste entre la vallée fertile de Manang et les terres arides du Mustang, toutes deux séparées par le point culminant du trek (Thorung-La 5.416m). Malheureusement, la zone est tellement fréquentée qu’une route a été construite jusque Manang et depuis Muktinah (ce qui ne laisse que quelques jours de rando sans aucun vehicule!). En cours de route vous pouvez faire de super détours (par le lac gelé près de Manang, la grotte de Milarepa, le lac de Tilicho) et puis si vous avez du temps devant vous, couper vers Ghorepani et Poonhill pour terminer par le Camp de Base de l’Annapurna (« Annapurna Sanctuary », nommé ainsi car vous vous retrouverez dans un amphithéâtre entouré de sommets à plus de 7.000m)

 

Points forts du trek:

– Grande diversité de paysages et superbes vues de montagne (l’ensemble de la        Cordillère des Annapurnas)

– Les petits villages dans le style tibétains (vous serez à la porte de l’ancien                 royaume de Upper Mustang) et les monastères

– Faible coût et diversité des plats dans les teahouse

– Les superbes et nombreuses extensions possibles

– Accès aisé (le trek se termine en périphérie de Pokhara)

 

Points faibles du trek:

– Le trek le plus fréquenté du Népal (100.000 randonneurs par an, soit la moitié    de l’ensemble du Népal)

– La route qui couvre une grande partie du circuit et en enlève l’authenticité

– Les milliers d’escaliers pour arriver au camp de base de l’Annapurna (qui sont      en plus à emprunter dans les 2 sens)


Données pratiques:

Elevation max.: 5.416m (Thorung-La)

Jours: Comptez 14 jours pour le circuit classique (pour les extensions: Lac glacé et Milarepa excursions d’un jour, Tilicho 2 jours, Poonhill 3 jours, Annapurna Base Camp 4 jours supplémentaires. L’ensemble m’a pris 28 jours en y allant relax)

Difficulté: Moyenne (partie Tilicho le long d’un chemin à éboulement et chemin vers le camp de base Annapurna remplis d’escaliers)

Accès :Le trek n’est pas isolé au nombre de randonneurs et accès aisé depuis Pokhara

Coût: faible – Comptez 15 à 25$ par jour (en solo)

Meilleure saison : mars à mai et octobre à novembre

Zone à accès restreint (permis spécial): Non

Permis requis: TIMS (20$/10$) et ACAP (20$)

Vue depuis le camp de base de l’Annapurna… Avec Annapurna I (8.090m) et Fishtail (6.997m)

 

  • LANGTANG VALLEY (EXTENSIONS: TAMANG HERITAGE TREK, GOSAINDKUND TREK) 

Le meilleur trek du Népal pour ceux qui ne disposent que d’une semaine mais veulent sentir l’essence de l’Himalaya. Bien que son point de départ soit situé à 100km de Kathmandu, il vous faudra du courage pour affronter les terribles 10h de bus (!).

Au programme: 2 jours de marche graduelle pour atteindre Kyianging Gompa (3.700m), point de départ de l’exploration des sommets voisins de Kyanjing RI (4.700m) et Tserko RI (4.980m) qui offrent un point de vue exceptionnel sur les montagnes environnantes. Certes, les sommets sont moins hauts que dans d’autres treks (même si Langtang Lirung atteint quand même 7.245m) mais cela ne m’a pas empêché d’être agréablement surpris par la beauté des paysages (je précise que j’ai effectué ce trek après mes 3 autres treks). Vous pouvez aussi vous approcher du glacier de Langtang Lirung pour admirer un mur de glace de plus de 3.000m. Ou encore partir à la rencontre des Yaks dans la Vallée de langshisha kharka.

Par ailleurs, à l’issue du trek, vous avez plusieurs options: vous diriger vers la frontière chinoise en visitant les villages des communautés Tamang (trek culturel de basse altitude). Ou encore (si le trajet en bus à l’aller vous a dégouté) vous rapprocher de Kathmandu en passant par les lacs sacrés de Gosaindkund (superbes vues sur Ganesh Himal et au loin Manaslu)… voire même revenir jusque Kathmandu en poursuivant sur Helambu!

Finalement, j’encourage à aller dans cette région qui a été dévastée par le tremblement de terre de 2015. Presque chaque local rencontré m’a fait part du décès d’un proche lors de ce tragique événement. Comble du malheur, la région a été boudée des touristes pendant une éternité. Il est donc indispensable de les aider en leur rendant visite et leur apportant un revenu.

 

Points forts du trek:

– Grande diversité et paysages de montagne sur une courte durée

– Moins fréquenté que Everest et Annapurna mais refuges tout aussi                         confortables

– Les habitants sont d’une gentillesse exceptionnelle

 

Points faibles du trek:

– Même chemin pour aller et revenir de Kyanjing Gompa

– Le trajet en bus depuis kathmandu est tout simplement horrible!

 

Données Pratiques:

Elevation max.: Tserko Ri (4.983m)

Jours: Comptez 4/5 jours pour aller et revenir sur Kyanjing. Prévoyez au moins 2-3 jours pour explorer les environs. Plus 5 jours supplémentaire pour Tamang, idem pour Gosaindkung

Difficulté: Facile à Moyenne (Tserko Ri)

Accès: Le trek n’est pas isolé au nombre de randonneurs et pas trop loin de Kathmandu

Coût:  Comptez 15 à 25$ par jour (en solo)

Meilleure saison: Mars à mai et octobre à novembre

Zone à accès restreint (permis spécial): Non

Permis requis: TIMS (20$/10$) et Langtang permit (30$)

vue de Langtang Lirung depuis Kyanging Gompa

 

  • KANCHENJUNGA BASE CAMP TREK (CAMP DE BASE NORD ET SUD)

Un trek exceptionnel dans une des zones les plus reculées du Népal pour ceux qui veulent bénéficier des plus beaux paysages de montagne d’exception sans la foule des Annapurna ou de l’Everest. Ce trek, situé à la frontière avec le Tibet et l’ancien royaume du Sikkim (Inde), vous emmènera au pied du 3e plus haut sommet du monde, le Kanchenjunga (8.586m). En chemin vous pourrez partager le quotidien des habitants de la zone et profiter d’une nature et de peuplades épargnées du tourisme. Le trek du Kanchenjunga est un « teahouse trek » (avec refuges) depuis quelques années, et ses auberges sont bien plus rustiques que la moyenne. Mais ce que vous perdez en confort vous le gagnerez en authenticité (de nombreux refuges sont en fait des logements auprès de familles locales). Et que dire de la montagne… entre le camp de base sud et nord, un ensemble de sommets impressionnants: Jannu, Kambachen et les Kabrus, tous à près de 8.000m. Le voyage jusque Taplejung est assez long et éreintant, mais vous serez récompensés de vos efforts!

Je vous recommande de profiter de ce trek qui est le teahouse trek le moins fréquenté du Népal (moins de 2.000 randonneurs par an) avant que sa beauté ne se fasse connaître et qu’il ne devienne un autre Annapurna.

 

Points forts du trek:

– Superbes paysages de montagne (vue sur Kanchenjunga et Makalu)

– Trek peu fréquenté

– Les habitants et la nature sont encore peu touchés par le tourisme

 

Points faibles du trek:

– Le point de départ est très isolé (même via liaison aérienne, vous devrez                 affronter plus de 10heures de route)

– Les refuges sont très rustiques

– Le coût élevé

 

Données pratiques:

Elevation max.: Lapsang La (5.160m)

Jours: 21 jours dans la version complète (camp de base nord et sud)

Difficulté: Moyenne à difficile

Accès: Le trek est très isolé (accès et nombre de randonneurs)

Coût: Comptez min 1.000$ pour les 21 jours (soit 40$/jour)

Meilleure saison: De mars à mai et octobre à novembre

Zone à accès restreint (permis spécial): Oui. Guide et groupe de min 2 personnes obligatoire

Permis requis: TIMS (10$), Kanchenjunga Area Permit (20$) et Restricted Area Permit (10$ par semaine)

On se sent tout petit face au 3e sommet du monde…

 

 

Après cette présentation détaillée des treks que j’ai fait, voici une liste d’autre treks avec les informations recueillies auprès d’autre trekkers:

 

  • Manaslu Circuit:

Présenté comme le nouvel Annapurna (au point d’être nommé l’Anaslu), le circuit autour du 8e sommet au monde (8.163m) attire déjà les foules. Un superbe trek culturel, recommandé tant pour ses paysages que pour sa diversité.

Un petit plus: au cours d’un side trip, il est possible d’entrer illégalement au Tibet 🙂

Information pratique:

  • Altitude max: 5115m
  • Jours : 15
  • Difficulté: moyenne à dur
  • Prix : élevé (zone restreinte avec guide obligatoire)
  • Saison: mars à mai et octobre à novembre
  • Permis: TIMS (10$), ACAP (20$), MCAP (20$), RAP (70$ la première semaine, 10$ après)

 

  • Makalu base Camp

Un des treks les plus isolés, les moins fréquenté et pour les plus intrépides. Ici les sentiers sont assez complexes et la nature intouchée. Vous rencontrerez peu d’autres trekkers et les lodges sont peu nombreux et rustiques (il s’agit du dernier trek a avoir été converti en « teahouse »). A éviter en dehors de la saison (les lodges seront fermés). Un des inconvénients: vous empruntez le même chemin à l’aller et au retour.

Par ailleurs, pour les aventuriers en quête d’adrénaline, il y a une extension possible qui permet de relier le camp de base de Makalu (4e sommet au monde – 8.468m) au trek de l’Everest à hauteur de Pangboche. Attention ici on parle d’alpinisme avec passage de Sherpani Col (6.135m) et West Col (6.143m). Vous aurez besoin de tout l’équipement nécessaire (crampons, corde, autonomie alimentaire, etc.). Je me suis renseigné sur le sujet avant d’abandonner l’idée faute de temps et de moyens. Mais d’après les renseignement obtenus il s’agit d’un des plus beaux paysages de montagne au monde (vues imprenables sur Makalu, Everest, Lhotse, Kanchenjunga).

Information pratique:

  • Altitude max: 5250m
  • Jours : 15
  • Difficulté: difficile
  • Accès: très isolé
  • Prix : moyen (pas en zone restreinte)
  • Saison: mars à mai et octobre à novembre
  • Permis: TIMS (20$), Makalu Barun Permit (35$)

 

  • Mardi Himal trek

Une nouvelle alternative au Camp de Base de l’Annapurna. Ici la star est la superbe montagne de Machhapuchhre (aussi appelé « fishtail » pour sa forme, 6.997m). Au début vous partagerez l’itinéraire du camp de base de l’Annapurna avant de vous élever et de suivre une route parallèle à ce dernier mais en le dominant de plus de 1.000m (ce qui à l’énorme avantage de proposer des points de vues invisibles depuis la vallée, et qui plus est sans les foules). Il se termine au pied de Mardi Himal et Machhapuchhre, avec une vue sur les Annapurna. Il peut être combinés aux autres treks de la région (Annapurna circuit, Poonhill, etc.)

Information pratique:

  • Altitude max: 4200m
  • Jours : 6
  • Difficulté: facile à moyen
  • Accès: facile depuis Pokhara
  • Prix : bas (pas en zone restreinte)
  • Saison: mars à mai et octobre à novembre. Au vu de l’altitude modérée, également possible en hiver.
  • Permis: TIMS (20$), ACAP (20$)

 

Par ailleurs, je me devais aussi de mentionner 2 superbes treks culturels

  • Upper Dolpo 

Une des perles du Népal avec des villages au style tibétain. Située dans une zone intouchée à l’ouest du Népal, vous aurez l’impression d’effectuer un voyage dans le temps. Altitude au rendez-vous avec 3 cols à plus de 5.000m, il s’agit bien d’un vrai trek de montagne.

Information pratique:

  • Altitude max: 5.200m
  • Jours : 20
  • Difficulté: modérée
  • Accès: très isolé
  • Prix : élevé (zone restreinte et guide obligatoire)
  • Saison: De mars à mai et octobre à novembre.
  • Permis: TIMS (10$), RAP (500$ pour les 10 premiers jours, 50$ par jour supplémentaire!)

 

  • Upper Mustang

La frontière entre le Mustang et l’Upper Mustang se situe à Kagbeni, sur le circuit de l’Annapurna. De là commence l’ancien royaume de Mustang avec sa capitale, la ville interdite de Lo-Mangthang, à la frontière avec le Tibet. Si proche du circuit des Annapurnas et pourtant si protégé du tourisme, vous pénétrerez dans un royaume ancien et isolé. De nombreux mythes et légendes entourent ces lieux.

Information pratique:

  • Altitude max: 4.000m
  • Jours : 10
  • Difficulté: modérée
  • Accès: aisé depuis Jomson
  • Prix : élevé (zone restreinte et guide obligatoire)
  • Saison: mars à mai et octobre à novembre.
  • Permis: TIMS (10$), RAP (500$ pour les 10 premiers jours, 50$ par jour supplémentaire!)

Bien entendu, avec un coût des permis si élevés, peu de gens se rendent dans ces zones (Je n’ai recontré qu’un groupe de randonneur ayant fait chacun de circuits). Je trouve cela remarquable de la part du gouvernement népalais de vouloir protéger ces zones du tourisme de masse (un peu à l’image du Bhoutan). Malheureusement, je fais partie de ceux qui ne peuvent s’y rendre. Mais je suis convaincu que cela doit être exceptionnel au niveau culturel!

Voici donc pour ce petit comparatif des treks népalais.

Maintenant que vous savez lequel choisir, il vous manque juste un petit guide sur comment préparer son trek (matériel, formalité, info pratique…). Je planche dessus. On reste en contact pour que vous soyez informés dès que je le publie 😉

Si vous avez des questions ou vous connaissez d’autres itinéraires (je me suis limité aux teahouse treks et aux infos à ma disposition), n’hésitez pas!

Bon trek!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *