TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LE MACHU PICCHU…

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LE MACHU PICCHU…

Le Machu Picchu est un endroit mythique: une ancienne citadelle inca tombé dans l’inconnu lors de la colonisation et redécouvert par Hiram Bighram en 1911. Il s’agit d’un lieu unique, représentatif de l’ingénierie Inca dans toute sa splendeur: ses structures épousent parfaitement le relief de la montagne (une caractéristique que l’on retrouve dans tous les sites incas). Le tout entouré d’une végétation luxuriante, et avec en bonus une vue à couper le soufle sur la vallée du Vilcanota qui serpente plus de 600m en contrebas.

Bref, un endroit tellement magistral qu’il en est devenu le site le plus visité du Pérou. La suite logique: le Machu Picchu est devenu la vache à lait du tourisme péruvien, et il est bien utile de connaître les différentes alternatives s’offrant à vous avant de vous rendre sur place et d’explorer ce site hors du commun…

Voici donc un concentré des infos que vous cherchiez 😉

 

  1. COMMENT S’Y RENDRE?

Le Machu Picchu se trouve à environ 100km de Cusco (à vol d’oiseau), et pourtant son accès n’est pas aisé (bienvenus dans la Cordillère des Andes). Le train est le seul transport accédant directement à Aguas Calientes.

Voici donc les 2 seules alternatives si vous voulez utiliser des transports:

  • Le « classique »:

Vous devez vous rendre jusqu’à Ollantaytambo pour y prendre le train. La ville se trouve à 2h de Cusco et vous pouvez y aller en taxi (80 soles) où en transport en commun (8 soles, départ depuis Pavito/Grau à Cusco). Une fois à Ollantaytambo, il vous reste 1h30 de train en mode tout confort et avec de magnifiques paysages. Le hic: le prix du train est complément fou! Seules 2 compagnies opèrent ce service, Perurail et Incarail, et elles se partagent le monopole. Comptez minimum 55eur (hors saison) par trajet, soit 110eur l’aller–retour.

Il est recommandé d’acheter son billet à l’avance (soit online sur le site de Incarail/Perurail soit dans une agence ou à la gare de Ollantaytambo).

  • Le moins cher:

Si ne souhaitez pas payer une telle somme pour un court voyage en train (c’est compréhensible), préparez-vous à toute une expédition. Voici la marche à suivre: réservez votre place dans l’un des nombreux transports qui quittent Cusco en début de matinée pour se rendre à Hidroelectrica (disponible dans toutes les agences de voyage du centre, cela revient à environ 35/40 soles). Le voyage est long et épuisant (7h de routes passant par un col à 4400m avant de redescendre jusqu’à 1100m et de quitter la route pour des chemins sinueux. A l’arrivée à la station Hidroelectrica, il vous reste environ 2h30 de marche (11km le long de la voie de chemin de fer) pour rejoindre Aguascalientes. Vous pouvez également prendre le train, mais à 29$ pour 11km en 45minutes, il s’agit de l’arnaque du siècle. Si vous avez du temps devant vous (peu probable), arrêtez-vous aux jardin du Mandor. Un bel endroit à la faune tropicale (situé à hauteur du km 114 de la voie)

Au retour: idem. Pensez à prendre vos affaires avec vous au Machu Picchu, car cela vous fera économiser 5km (aller-retour) de chemin, la bifurcation vers le site se trouvant entre Aguas Calientes et Hidroelectrica.

Au final, vous économiserez minimum 80eur en procédant de la sorte.

Toutefois méfiance pendant la saison des pluies (de novembre à mars), les éboulements sont fréquents et les routes peuvent être bloquées.

 

Evidemment, beaucoup estimeront qu’il est bien plus fun d’arriver au Machu Picchu via une randonnée dans la superbe région andine.

Voici donc les options rando les plus connues:

  • Le grand classique: Chemin Inca

Il s’agit d’une marche mythique de 4 jours qui débute depuis le km82 de la voie ferrée entre Cusco et Machu Picchu. En cours de route, vous passez par de nombreux sites incas (dont le plus fameux: Wiñay Wayna). Il s’agit de la seule randonnée qui permet d’arriver directement sur le site à pied: ainsi, à l’aube du 4e jour, vous pénétrerez sur le sanctuaire par sa partie supérieure, Inti Punku (porte du soleil). Et si vous êtes chanceux vous admirerez un des plus beaux lever de soleil de votre vie sur la citadelle endormie.

Il s’agit d’une des randonnées les plus prestigieuses au monde et seules 500 places (en ce incluses celles des guides et porteurs) sont octroyées par jour. Il est donc nécessaire de réserver au moins 6 mois à l’avance pour la haute saison (avril à octobre). Par ailleurs, seuls les guides certifiés y sont autorisés. Vous devrez donc passez par une agence, ce qui en fait un trek assez couteux (min. 500$).

La superbe vue depuis Inti Punku par laquelle se fait l’arrivée au site depuis le Chemin Inca
  • L’alternative randonnée de montagne: le trek de Salkantay

Il s’agit d’un trek de 5 jours offrant une grande diversité de paysages. Après 3h30 de route depuis Cusco, vous débutez votre ascension. Vous pourrez observer une superbe lagune au pied de la montagne Humantay. Ensuite, vous irez jusqu’au le point le plus haut du trek, à 4700m, situé à 2 pas de Salkantay (la 2e montagne la plus haute de la région de Cusco, 6.264m). Vous descendrez de près de 3000m pour vous retrouver dans les plantations de café de Lucmabamba, en plein milieu de plantes tropicales. Vous pourrez vous reposer dans les eaux thermales de Cocalmayo. Et le dernier jour passera par Hidroelectrica puis Aguas Calientes le long de la voie ferrée. Quasi tous les randonneurs passent par agence, avec des prix débutant à partir de 175$. Vérifiez toutefois bien ce qui est inclus ou non, le matériel etc. Car avec des prix aussi bas il est évident qu’il y a des lacunes (tant au niveau matériel que respect des conditions salariales/environnementales).

Le trek de Salkantay est devenu très prisé et est également victime de son succès: préparez-vous à partager la route avec des centaines d’autres randonneurs!

L’impressionnant « Apu » Salkantay
  • L’option backpacker: L’Inca Jungle tour

Ce n’est pas un trek en soi, mais cette option offre pas mal de variété. Au programme: descente en vélo depuis le col de Malaga (4400m) jusqu’aux alentours de Santa Maria. 2e jour dédié à une marche dans la zone tropicale entre Santa Maria et Santa Teresa. Puis 3e jour passant par Hidroelectrica et Aguascalientes avant de terminer par le Machu Picchu. Vous pouvez y ajouter des activités comme le rafting et le zipline. A partir de 160$, mais méfiance aux premiers prix!

La superbe région de Santa Teresa
  • La vrai route alternative; Longue et épuisante, mais magnifique: Choquequirao et Machu Picchu

Une incroyable randonnée de 9 jours à la découverte de deux incroyables site: Choquequirao et Machu Picchu. Il s’agit d’une randonnée exigeante avec plus de 7000m de dénivelés, dont notamment une descente vertigineuse de près de 1500m jusqu’au fleuve Apurimac… avant de remonter tout ce dénivelé de l’autre côté. Tel est le prix à payer pour admirer ce site magnifique qu’est Choquequirao, isolé dans une forêt dense et encore peu exploité par le tourisme. Il s’agit d’un sanctuaire immense dont à peine 30% ont été découvert. Plus grand que Machu Picchu mais sans les foules. Et un de ses grands attraits: le camping se situe sur le site même!

Le trek classique de Choquequirao prévoit un retour jusqu’à Cachora, mais il est possible de continuer pendant 5 jours additionnels, une magnifique randonnée dans de paysages à coupler le souffle… En chemin, vous pourrez vous retrouver seul dans certains sites incas (comme Pinchaunuyoc) pour ensuite vous confronter avec des paysages de haute montagne (avec entre autres le Salkantay, 6.264m) avant de rejoindre la zone tropicale de Santa Teresa et Aguas Calientes en fin de parcours. Dernière précision: vous ne croiserez pas grand monde sur votre route, et il faut en profiter car le gouvernement péruvien prévoit de construire un téléphérique pour se rendre au site  de Choquequirao (heureusement, entre la parole et les actes au Pérou, vous devriez encore disposer de plusieurs années devant vous 😉

UNE FOIS SUR PLACE

Aguas Calientes est une ville assez troublante… très compacte, c’est l’exemple même de l’absence complète de planification urbaine au Pérou.

Vous y trouverez de nombreuses offres de logement et des restaurants tous azimuts. Je recommande de bien vérifier où vous allez car il y a tout et n’importe quoi dans cette ville. Vous pouvez trouver des logements pas cher près du stade municipal.

Pour la nourriture, méfiez-vous des menus dans la rue principale. Je n’y ai jamais bien mangé. Si vous voulez du copieux pas cher, allez au marché (8 soles le menu). Si vous voulez vous faire plaisir, passez par « Indio Feliz ».

Pour rejoindre le Machu Picchu, vous avez 2 options: soit vous marchez (comptez 1h à 1h30 de grimpette le long d’escalier… près de 600m de dénivelé!) soit le service de bus de Consettur (monopole comme nombre de services dans la région). Le premier bus part à 5h45 (il y aura une file dès 5h). Le coût du trajet est de 12$ (soit 24$ l’aller retour). Il est recommandé d’acheter ses billets pour l’aller le jour avant au kiosque près de l’arrêt de bus.

Au plus tôt vous monter à Mapi, au plus vous en profiterez (le site ouvre dès 6h, et à 8h c’est déjà la cohue…)

QUAND Y ALLER?

Que vous choisissiez la voie facile ou la marche, il est évidemment bien plus intéressant de se diriger vers les anciennes ruines incas pendant la saison sèche (de mai à octobre). Quoique la bruine lui confère également son côté mystique…

Il faut savoir que la région tropicale du Machu Picchu est très humide et que le site est habituellement très brumeux aux petites heures du matin. Normalement, si vous y aller en juin, juillet ou aout, vous devriez bénéficier d’une journée ensoleillée (pour ma part, j’y suis allé 3 fois: en avril, en juillet et en janvier… à chaque fois sous la flotte!

Le choix de la saison est particulièrement important si vous choisissez une randonnée, car si dans la majorité des cas vous parviendrez quand même à profiter du site même en cas de jour pluvieux (ça finit toujours par se dégager un peu), je n’oserais recommander 9 jours de trek Choquequirao et Machu Picchu sous la pluie. A noter que le Chemin Inca est fermé pour être nettoyé chaque année au mois de février.

Maintenant qui dit saison sèche dit haute saison: peuple et prix élevés. Mais il faut savoir que sur le Machu Picchu, il n’y plus vraiment de saison basse…

COUT ET INFO PRATIQUE

Le système d’entrée au site du Machu Picchu a beaucoup changé au cours des dernières années, suite à un succès grandissant. La première fois que je l’ai visité (2009), il était encore possible de monter jusqu’au Huayna Picchu (montagne se situant 300m au-dessus du site principal, ancien site d’observation inca) sans soucis. Puis une entrée séparée a été crée, avec le mise en place d’une route alternative « Montaña Machu Picchu » au Huayna Picchu (un point de vue sans intérêt archéologique). En 2017, le système de « rotation » a été introduit: entrée valable ou le matin (6h à 12h) ou l’après-midi (12h à 18h). Puis par la suite un guide obligatoire, etc.

Avec les nouveaux changements introduits au 1er janvier 2019, voici où nous en sommes:

L’Entrée au site seule coûte 152 soles (77 pour les étudiants). Elle doit être achetée auprès du Ministère du la Culture (Casa garcilaso/Calle Maruri à Cusco ou à Aguas Calientes) ou online (seulement cartes visa – l’autre solution c’est de faire la réservation et de payer la somme auprès de Banco de la Nacion dans les 4 heures). L’entrée au site + Huayna Pichu/Montaña Picchu coûte 200 soles (125 pour étudiants). Il est impératif de réserver le Huayna Picchu bien à l’avance!

En ce qui concerne les horaires, la rotation matin /après-midi est maintenue mais en plus votre ticket mentionne une heure minimum d’arrivée (6h, 7h, 8h etc.). Ce système est censé désengorger le site qui il est vrai est devenu irrespirable après 8h.

La vue depuis le Huayna Picchu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *