LES 8 ENDROITS IMMANQUABLES A LA HAVANE

LES 8 ENDROITS IMMANQUABLES A LA HAVANE

Cuba… une destination très spéciale… Hors du temps… Des paysages magnifiques… Des plages de rêve… Un pays unique à la destinée très particulière, et des personnages historiques comme le Che Guevara, symbole de la révolution et de la lutte armée.

L’Ile des caraïbes a des atouts culturels indéniables et une impressionnante scène musicale. La musique cubaine est à l’image de son peuple, rythmée et joyeuse. Car malgré les difficultés de leur quotidien, les cubains n’ont pas leur pareil pour profiter de la vie, sourire, danser, et voir les choses du bon côté.

La terre des «Guajiros» recèle de nombreux trésors qui rendent son exploration passionnante. Des plages de Varadero au Parc de Viñales, la ville coloniale de Trinidad, la baie de Cienfuegos, etc.

Pour ma part, ne disposant que de quelques jours, j’ai choisi de me limiter à l’exploration de son cœur, La Havane. Cela faisait longtemps que je souhaitais connaître cette ville, et avec les récents changements à Cuba, il me semblait opportun d’effectuer ma visite au plus vite.

En effet, un des côtés intrigants de La Havane est sa relation au temps. Entre 1960 et 2000, le portrait de La Havane a très peu changé. Certes, les choses évoluent rapidement et la modernité a commencé à faire son apparition. Les voitures américaines des années 50, le cliché cubain par excellence, font place à des modèles plus récents, et seront bientôt reléguées à des objets de collection. Toutefois, regretter ces changements par soucis esthétique serait pur égoïsme: il ne faut pas oublier que le peuple cubain a souffert de l’embargo et le rationnement des biens. Cette précarité économique des cubains ne peut que s’améliorer avec la disparition progressive de l’embargo.

Enfin bref, passons à l’objectif même de cet article :  voici donc un petit guide pratique de La Havane.

Remarque préalable sur les devises: Cuba utilise un double système monétaire: le CUC (peso convertible, à parité avec le dollar) et le CUP (peso cubain, monnaie locale). Tous les prix dans les zones touristiques sont en CUC. Seul les bus et restos locaux sont en CUP. La différence de prix est saisissante: les prix en CUC ne sont pas beaucoup plus bas qu’en Europe. La version CUP est bien différente… Le taux de change est le même partout. Je recommande de changer des CUP (1 CUC = 24 CUP) si vous souhaitez faire des économies et manger local car sinon vous vous ferez avoir sur le change. ET SURTOUT évitez les dollars car vous serez imposé d’office de 10% supplémentaire.

 

8 CHOSES A NE PAS MANQUER:

 

  • MA RECOMMANDATION N°1 : le tour du centre historique avec le «free walking tour».

Organisé en espagnol et en anglais, ce tour de près de 3 heures vous permettra de découvrir les principaux monuments et lieux d’intérêts (entre autres: la Plaza Vieja, le Floridita, le Capitolo, la Plaza de Armas, la Plaza San Francisco, la Universidad,).

Il existe 2 itinéraires: Habana Vieja et Centro Habana. Les départs se font à 9:30 et à 16h depuis l’intersection à côté de l’hôtel Inglaterra, qui se trouve au Parque Central (Profitez-en pour prendre un café en terrasse de l’hôtel Inglaterra et laissez-vous enivrer par les rythmes cubains).

De plus, le pourboire que vous laisserez à la fin de votre parcours est une aide au combien précieuse pour votre guide (il faut savoir que le salaire à Cuba est de 30$ par mois!).

 

  • S’imprégner de la culture et des rythmes afro-cubains dans le « Callejon de Hamel »

Situé dans le quartier de Cayo Hueso, près du Malecon, ce quartier artistique est haut en couleur avec ses fresques hors du commun. Il s’agit en fait de l’oeuvre du scupteur cubain Salvador González Escalona, qui a marqué de son empreinte ce quartier populaire.

Et si vous passez dans le coin un dimanche, trémousez-vous sur les rythmes afrocubains avec les locaux !

les couleurs du Callejon Hamel

 

  • Se promener sur la Plaza de la Revolucion

Une des plus grandes places publiques au monde, dominée par le monument à Jose Marti (entrée 1CUC). En face, vous apercevrez la mythique représentation du Che Guevara et de Camilo Cien Fuegos. Situé en dehors du centre, comptez au moins 30 minutes pour vous y rendre à pied depuis le centre ville ou 5 CUC en taxi.

Les grands classiques de La Havane en une photo…

 

  • Se promener dans le quartier de Vedado

Il s’agit d’un ancien quartier résidentiel dont vous pourrez admirer la superbe architecture datant d’avant la révolution.

 

  • Visiter l’un des musées de la ville

Le musée des Beaux-Arts (Parque Central, 5 CUC) et le Musée de la Révolution (Avenida Belgica, 4 CUC) en sont les meilleurs représentants.

 

  • Se promener sur le Malecon (le long de la mer).

Profitez de l’air du large et admirez les vues sur le Castillo del Morro et Castillo de la Real Fuerza. Encore mieux: demandez au conducteur de l’une des nombreuses voitures anciennes de vous emmenez faire un tour (comptez 10 CUC la demi-heure).

Promenade sur le Malecon

 

  • Boire un mojito à la Bodegita del Medio:

L’histoire de La Havane est intimement liée à celle d’Ernest Hemingway qui y séjourna durant plusieurs années. L’un de ses lieux cultes était la « Bodegita del Medio ». Un endroit coloré où les foules se rassemble. Par contre, cassons un mythe: ce n’est pas là que vous boirez votre meilleur mojito!

Le bar le plus connu de Cuba

 

  • Prendre des cours de salsa: 

Rappelez-vous que vous êtes au pays de la salsa et comme vous pourrez le constater les cubains maîtrisent parfaitement leur sujet! Il existe de nombreuses écoles de salsa. Soit en cours groupal soit en classe individuelle (le must). Une référence: La Casa del Tango (Calle Neptuno). Comptez quand même 15CUC de l’heure en classe individuelle. Par ailleurs, pour allier la pratique à vos cours, rien de tel que l’une des nombreuses «salsoteca» de La Havane. Les locaux se feront un plaisir de vous aider dans votre apprentissage.

 

OU MANGER?

La nourriture cubaine n’est pas des plus réputées. Il faut dire que l’embargo et le rationnement n’ont pas laissé beaucoup d’options (les rayons des supermarchés confirmeront mes dires!). Ici, on mange avant tout pour vivre!

Les spécialités sont: congri (riz et haricots noirs), moro y cristianos (haricots noirs), banane plantin, fricassé de porc, yuca (manioc), sauce mojo (huile, ail et orange).

Le centre historique offre pas mal d’options, comme par exemple Dona Eutemia (plats typiques cubains entre 7 et 15CUC, établissement situé à 2 pas de la cathédrale – Callejon del Chorro) et San Cristobal Paladar (dans une ancienne demeure restaurée, plats attentionnés – comptez environ 20CUC)

Par contre, presque tous les restaurants du centre sont touristiques et bien entendu leurs prix sont en CUC (ce qui signifie qu’ils ne sont en rien bon marché).

Pour la bouffe locale (et les prix qui vont avec), éloignez vous des zones touristiques et soyez attentifs. De petites enseignes qui ne paient pas de mine ou qui semblent être de simples demeures privées offrent des plats du jour (le classique riz/haricots/banane plantin/viande de porc ou poulet) pour 30 à 35 CUP (1€)!

Si vous voulez vous assurer de payer le prix local : Demandez si c’est en CUP, et si la réponse est affirmative, vous êtes au bon endroit!

 

OU SE LOGER?

Un des avantages de la récente ouverture de Cuba est le développement de la « concurrence ». Il faut dire que le nombre d’options fut très limité pendant une large période de par les nombreuses restrictions : les hôtels « resort » de Varadero pratiquent des prix à l’européenne (à partir de 50 CUC) et les « casas particulares» (maisons d’hôte autorisées à accueillir des touristes) reviennent à environ 20/25€ la nuit.

Il existe depuis quelques années des options de logement en dortoir à partir de 7/8€ (bien que ceux-ci gardent la forme de maison d’hôte, ne vous attendez donc pas à un classique backpacker avec bar et piscine).

Après mes recherches sur booking et hostelworld, j’ai choisi l’Hostal Corazon del Mundo, située à Calle San Jose (12CUC la nuit dans un dortoir de 6 personnes). Propre et bien équipé. La localisation n’était pas trop mal à 10/15 minutes du centre à pied, dans un quartier très populaire (certains l’estimeront d’ailleurs peut-être trop populaire).

 

QUEL BUDGET?

Comme vous l’aurez compris, Cuba n’est pas une destination bon marché!

Mais en vous y prenant correctement, vous pourrez éviter de vous ruiner.

Exemple de budget quotidien (en explorant la ville à pied):

  • Logement en dortoir dans un hostal/casa particular: 10€
  • Petit déjeuner croissant dans un centre commercial: 3 €
  • Plats du jour dans des établissements locaux : 3€ (2 repas)
  • Mojito dans un bar du centre ville : 3€

Soit environ 20€ (en mode économe)

 

COMMENT S’Y RENDRE?

De nombreuses liaisons aériennes sont assurées depuis l’Europe et l’Amérique latine. Pour ma part, j’ai voyagé depuis Bruxelles à Varadero (destination des vols charter: souvent les moins chères) pour le prix imbattable de 200€ avec Tui Fly.

Ma liaison suivante : La Havane – Cusco (Pérou) en passant par Bogota (300€ avec Avianca).

Interjet opère des vols depuis Cancun et Mexico City (compter environ 100$ par segment).

Les vols depuis le Canada reviennent à environ 300$ l’aller-retour.

A l’arrivée à l’aéroport:

A Varadero, la compagnie de bus Viazul assure la connexion en bus jusqu’à la Havane (comptez 3h de voyage). Le coût est de 10CUC (10$). Horaires très irréguliers (l’horaire officiel du site web n’est pas respecté).

Depuis l’aéroport international de La Havane : le taxi est presque l’unique option. Comptez 25$ jusqu’au centre (essayez de partager ces frais avec une autre personne si vous voyagez seul). Il est possible de se rendre à l’aéroport en utilisant des bus locaux, mais on m’a fortement déconseillé de le faire avec des bagages.

Sur place: le centre historique de La Havane est très agréable à pied. Il existe un « Havana Bus Tour » qui revient à 10CUC la journée. Bien utile pour aller jusque « Plaza de la Revolucion » mais j’ai préféré faire le centre à pied. Il existe un service de transport public, mais il est apparemment très peu pratique, et je n’ai pas creusé le sujet.

Derniers conseils: profitez un max du pays. Restez toutefois conscients du fait que de nombreux cubains souffrent énormément de la pauvreté ambiante et de l’embargo (même s’ils ne l’avoueront pas ouvertement). Faites preuve d’empathie. Et si vous le pouvez, laissez leur des denrées qui vous semblent basiques mais qui sont difficiles d’accès pour eux (dentifrice, shampoing, produits de beauté, etc.)

Bons baisers de La Havane…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *