EXPLOREZ LES ZONES RECULEES DU KENYA

EXPLOREZ LES ZONES RECULEES DU KENYA

Si je vous dis le Kenya, à quoi pensez-vous?

le mot « Safari » sera probablement le premier qui vous vient à l’esprit. En effet, avec les parcs de Masai Mara, Tsavo, Amboselli, ce pays est une référence en la matière et l’une des destinations de safari les plus prisées.

D’autres mentionneront également ses plages de sable fin, qui s’étendent au bord de l’Océan indien, depuis Diani au sud jusqu’à Lamu à la frontière avec la Somalie. J’avoue avoir été surpris par la beauté des plages se trouvant au nord d’une ville aussi peuplée que Momabasa. En plus de ses eaux d’un bleu turquoise incomparable, la région dispose d’indéniables atouts culturels: la côte kenyanne fut un carrefour des civilisations africaine, arabe et indienne. Cela se ressent particulièrement dans une ville comme Lamu.

Au cours de mon séjour de 4 mois dans ce pays qui restera mon préféré d’Afrique, j’ai bien entendu testé safaris et plages. Mais je pense que mon expérience la plus marquante restera ce périple dans le nord du pays, dans la région de Samburu, où j’ai pris part à un projet de permaculture (Sadhana Forest, voir mention en fin de l’article pour plus d’information).

Les régions reculées du nord du Kenya sont une opportunité unique de partir à la découverte de ce qui fait l’essence même de l’Afrique: sa diversité ethnique. Car si les Masaïs sont l’ethnie la plus connue du pays, il faut savoir qu’il existe pas moins de 42 différentes tribus présentes sur le seul territoire kenyan. Dans le nord, vous aurez l’opportunité de découvrir les ethnies Samburu (et Turkana si vous vous aventurez jusqu’à la frontière avec l’Ethiopie).

Le saut « de genoux » typique des tribus de la région

Ce beau projet auquel j’ai participé a pour but la reforestation dans une zone devenue désertique avec le temps. En quoi cela consiste? Des formation en techniques de permaculture sont dispensées aux locaux, suivies par une assistance pour la plantation de nombreuses espèces végétales. L’idée est non seulement induire la reforestation (qui amenera les pluies) mais aussi d’assurer à terme l’autosuffisance alimentaire des locaux. Il s’agit donc d’un projet à la fois environmental et social. D’autres formations sur des thématiques spécifiques sont également organisées. Chaque formation est toujours suivie par une visite dans les communautés pour implémenter ces différentes techniques. En parallèle, de l’eau est distribuée lors des visites (il faut préciser qu’en moyenne une marche de 20km est requise pour aller récupérer de l’eau!). Et une station d’eau (puisée souterrainnement) et de recharge électrique (produite à base d’énergie renouvelable) sont à la disposition des locaux à l’entrée du site. Car oui, il s’agit là d’une étrange modernité qui se reproduit dans de nombreux endroits d’Afrique: les habitants de la zone disposent de téléphones portables et internet mobile, mais point d’électricité ou d’eau courante…

Les nombreuses visites dans les communautés furent une expérience magnifique au cours de laquelle j’ai pu découvrir le quotidien des locaux et en apprendre plus sur leur culture et leurs croyances. Un bel échange entre êtres humains et une collaboration fructifiante.

Formation dans les communautés

Je garderai particulièrement en mémoire les séjours chez l’habitant et le mariage auquel nous avons été invités: une cérémonie toute en couleur qui s’étend sur 3 jours. Le point d’orgue : lors du retour en van sous un magnifique coucher de soleil avec acacias à perte de vue, les Morans (guerriers Samburu) se sont mis à entamer leurs chants. Les zèbres aperçus tous azimut venaient parfaire la scène. Tout simplement mon moment le plus authentique (et pour la même raison le plus beau) en Afrique.

Diverses cérémonies lors du marriage

Lors de ce séjour, j’ai également eu le plaisir de recontrer les locaux à leur lieu de rendez-vous habituel : le petit marché local de Likicheki, qui se tenait chaque samedi, et où se déroulait l’essentiel de la vie locale. Un repère à scènes insolites, entre les vendeurs vêtus d’habits traditionnels écoulant leurs marchandises, les sages du village discutant des dernières nouvelles, et de temps à autre un rassemblement de foule pour entonner des chants à la louange de « Yesuh »…

Bref, cette partie de Samburu est l’endroit unique pour partir à la découverte la vraie Afrique, celle qui ne figure dans aucun guide de voyage et qui ne se résume pas à un safari ou à une plage (où l’on ne croise avant tout que d’autres touristes). Un lieu authentique, où vous pourrez faire l’expérience de la vie traditionnelle de l’une des tribus de ce superbe continent.

Superbes rencontres sur le marché

Certes, les safaris kenyans sont à la hauteur de leur réputation et les complexes hôteliers le long de ces plages de sable fin vendent du rêve. Mais je recommande à quiconque à la recherche quelque chose de différent, de plus intime et authentique, d’explorer les régions reculées de ce pays qui à bien plus à offrir que ses principaux pôles touristiques.

 

Quelques informations pratiques: 

Comment se rendre dans la région de Samburu?

Depuis Nairobi: prendre un bus jusque Nyahururu depuis la gare routière de Nyamakina. Le trajet dure environ 4heures et coûte $6. De là, soit vous pouvez enchainer avec un bus vers Maralal (4 heures de voyage supplémentaire, mais attention car les départs sont peu fréquents) ou passer la nuit à Nyahururu.

Si vous passez la nuit à Nuyahururu, allez donc faire un tour jusqu’aux chutes Thomson situées à 30 minutes de marche du centre. Elles valent le détour.

Les chutes Thomson

 

Où se loger?

Maralal est une toute petite ville mais compte quelques bouibouis (que je n’ai pas testé car je séjournais sur le site du projet)

A Nyahururu, je suis resté à l’hôtel Olympia. Confort basique mais décent et propre (10$ la nuit).

 

Attractions locales?

  • Maralal Camel Derbi en août : course de chameau avec des show folkloriques et foire gastronomique
  • Réserve nationale de Samburu: au cas où vous voulez faire du safari mais dans un parc moins fréquenté (entrée : 70$ par personne par jour)
  • Vues sur la vallée du Rift: le Rift africain est une immense faille géologique de plusieurs milliers de kilomètres. La région de Samburu compte l’un des plus beaux points de vue sur ce phénomène naturel (vous pourrez surplomber la vallée de plus de 1000m!)

 

Informations sur le projet de Sadhana Forest:

Il s’agit d’un projet global de permaculture et de reforestation. Ils sont présents en Inde, au Kenya, à Haïti. Au cours de votre séjour, vous apprendrez diverses techniques de permaculture et vivrez dans le plus strict respect de la nature. Soyez donc près pour un mode de vie très rustique (dormir en tente, douche au sceau, compostage des « toilettes, etc.) et une alimentation végane.

Le projet en lui-même est fabuleux car il apporte une aide précieuse aux communautés locales qui en ont bien besoin.

Si vous souhaitez intégrer le projet en tant que bénévole, une contribution minimale vous sera demandée, qui couvre (à peine) votre alimentation.

Si vous êtes intéressés, ou souhaitez faire un don, voici lleur page web (en anglais) : www.sadhanaforest.org/kenya

Safari Njema!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *